Nomenclature des couleurs chez le norvégien

Il existe plusieurs milliers de couleurs de robe chez le chat.
Cette nomenclature est un compromis entre la logique, qui permet un début de
systématique, et la tradition, qui permet d’être compris par une majorité.
La logique a été introduite à plusieurs niveaux :
 Nous
recommandons alors de mettre la couleur normale suivie du terme usité.
 L’ordre dans lequel figurent les différents termes décrivant une robe est
toujours le même. Cet ordre est le suivant :
o la couleur « de base » (voir section « la couleur » ci-dessous),
incluant les variantes tortie ;
o l’éventuelle mention de « ambre » (ou « amber ») ;
o l’éventuelle mention de « silver » ou « smoke » ;
o l’éventuel motif tabby ;
o l’éventuelle panachure blanche.
Ainsi, par exemple, on pourrait avoir « blue tortie [amber] [silver]
[blotched tabby] [et blanc] »
La tradition a prévalu pour le mélange de termes anglo-saxons et français. En
effet, la félinotechnie utilise beaucoup de termes anglo-saxons, qui sont compris
internationalement. Mais il est de coutume en France de garder le terme français
pour les couleurs noir, bleu, chocolat s’il n’y a pas de terme anglais qui suit. De
même, les chats à panachure blanche sont qualifiés de « et blanc » et non de
« and white ». Pour le reste, les règles d’usage ont pour la plupart été gardées.
Par exemple, « noir » se transforme en « brown » si le chat est agouti
                         (« tabby »), en « black » si le chat est silver.                                                                                         
Dans certains cas, il est utile d’intégrer la couleur des yeux dans le nom de robe,
pour qu’elle apparaisse sur le pedigree des descendants du chat. C’est le cas
systématiquement pour les chats blancs (exemple : blanc yx bleus, blanc yx
impairs, blanc yx or).
A côté des noms d’usage, nous avons placé des formules génétiques. En effet,
bien que les robes chez le chat soient extrêmement variées, elles sont en fait le
résultat d’une combinaison d’un petit nombre de facteurs génétiques
indépendants, comme la dilution, les motifs tabby, etc. Certains de ces facteurs
sont identifiés au niveau moléculaire et on dispose de tests ADN pour connaître
de façon non ambiguë le génotype du chat. Pour d’autres, ce n’est pas encore le
cas. Lorsque le modèle génétique est établi ou bien fortement présumé, il sera
indiqué dans l’explication qui suit.
Les tableaux suivants visent à présenter une vue synthétique de toutes ces
couleurs en les regroupant afin d’en parler plus facilement sans avoir à les
énumérer toutes. On a ainsi coutume de classer les robes en « catégories »,
« divisions » et « couleurs », ces trois caractéristiques se combinant : chaque
robe appartient à une catégorie, à une division et à une couleur.
La division
La division distingue les chats en fonction de plusieurs facteurs indépendants :
présence de panachures blanches ou non, présence de l'allèle inhibiteur (I)
donnant les couleurs silver ou smoke, chat uni (non agouti) ou bien présence
d’un motif tabby, … Comme chacun de ces facteurs est indépendant des autres
et qu’ils se combinent entre eux, le regroupement par divisions contient une
dose d’arbitraire. Par exemple, les chats à la fois silver et tabby sont dans la
division « silver » et non dans la division « tabby ». Ces choix de regroupement
ont souvent été dictés par la tradition et l’alignement entre fédérations félines.
                                                       Au sein de chacune des catégories, on distingue les 9 divisions suivantes :                                Solide : chats non particolores, sans allèle inhibiteur (i/i), non ambre (E/-),                                                            non charcoal et non agoutis (a/a). On rattache à ce groupe les chats
entièrement blancs (W/-).
Tabby : chats non particolores, sans allèle inhibiteur (i/i), non ambre (E/-
), non charcoal mais agoutis (A/-). Dans cette division, on distingue
plusieurs sous-divisions en fonction du motif tabby (pour les chats à poils
tiquetés) ou de la longueur de l’extrémité colorée (pour les chats à poils
pigmentés uniquement à l’extrémité, « tipped ») :
o Ticked tabby
o Mackerel tabby
o Spotted tabby
o Blotched tabby
o Shell
o Shaded
 Silver/smoke : chats non-particolores, non ambre (E/-), mais avec allèle
                                                                    inhibiteur (I/-), qu’ils soient agoutis ou non (A/A, A/a ou a/a).                                                       Ambre (uniquement chez le Norvégien) : chats non particolores,
homozygotes pour la mutation ambre au locus extension (e/e), avec ou
sans allèle inhibiteur (I/- ou i/i), agoutis ou non (A/A, A/a ou a/a). Pour
l’instant, cette division n’est introduite que dans la catégorie traditionnelle.
Et 8 divisions similaires* mais pour les chats à panachure blanche :
 Solide & blanc : chats particolores, sans allèle inhibiteur (ii), non ambre
(E-) et non agoutis (aa).
 Tabby & blanc : chats particolores, sans allèle inhibiteur (ii), non ambre
(E-) mais agoutis (A-). On retrouve les mêmes distinctions qu’au sein de la
division tabby (ticked tabby, mackerel tabby, spotted tabby, blotched
tabby, shell, shaded).
 Silver/smoke & blanc : chats particolores, non ambre (E-), mais avec
allèle inhibiteur (I-), qu’ils soient agoutis ou non.
Ambre & blanc (uniquement chez le Norvégien) : chats particolores,
homozygotes pour la mutation ambre au locus extension (ee), avec ou
sans allèle inhibiteur, agoutis ou non. Pour l’instant, cette division n’est
introduite que dans la catégorie traditionnelle.

Note : les chats présentant un « locket » ne sont pas considérés comme
particolores ; leur couleur de robe est indiquée sans « & blanc » et ils sont jugés
dans la même classe que les chats sans locket.

La couleur
La couleur distingue les chats en fonction de la couleur « de base » de leurs
poils, qui est contrôlée par plusieurs locus dont les principaux sont le locus B
(« brown », celui d’une enzyme impliquée dans la synthèse des mélanines :
TYRP1), le locus D (« dilution », celui de la protéine mélanophiline : MLPH) et le
locus O (« orange ») porté par le chromosome X).
On a ainsi les 2 couleurs de base résultant des combinaisons des locus B et D
sans présence de l’allèle O :
- noir (aussi appelé black, brown, seal, …) : B- D- o(o)
- bleu : B- dd o(o)
deux couleurs résultant de l’action du locus O porté par le chromosome X :
- roux (aussi appelé red) : D- O(O)
- crème (aussi appelé cream) : dd O(O)
et tous les tortie correspondant à la combinaison du roux (resp. du crème) avec
les couleurs de base non diluées : noir (resp. diluées : bleu) :
- black tortie : B- D- Oo
- blue tortie : B- dd Oo
L’ensemble de ces couleurs se retrouve dans chacune des cases des tableaux
I, II et III


Cependant, les couleurs ambre n’étant pour l’instant identifiées que chez les
chats norvégiens où les couleurs chocolat/lilas, cinnamon/fawn n’existent pas, et
n’ayant a priori aucune incidence sur les couleurs red/crème, seules les 4
couleurs noir, bleu, black tortie et blue tortie sont représentées dans les cases
des divisions ambre et ambre et blanc.
Les chats entièrement blancs sont traditionnellement regroupés avec les chats de
la division solide dans la seule catégorie traditionnelle (case rouge dans le
tableau I).
Le tableau IV répertorie les différentes catégories et divisions reconnues par
race.

 

CORRESPONDANCE ENTRE LA COULEUR DES YEUX ET LA ROBE

Certaines couleurs d’yeux sont attachées génétiquement à un patron de robe :
 Tous les chats de la catégorie point ont les yeux BLEUS.
 Les chats blancs ou particolores peuvent avoir les yeux BLEUS ou
IMPAIRS, mais ce n’est pas systématique.
Pour le reste des robes, dans la majorité des races, sauf mention contraire
explicite dans le standard, la couleur des yeux est indépendante de celle de la
robe.
Dans les races où le standard précise que la couleur des yeux doit être « en
accord avec celle de la robe », l’exigence d’une couleur déterminée (autre que
celles citées ci-dessus) est le résultat d’un travail de sélection des éleveurs et
non une caractéristique inhérente à la robe. Par exemple, le chartreux (bleu) a
les yeux jaunes, et le russe bleu a les yeux verts, et les chats de la catégorie
mink ont les yeux AIGUE-MARINE.
En ce qui concerne les races :
Persan et Exotic Shorthair

British et races apparentées (Scottish, Highland, Selkirk, Manx, Cymric)
la correspondance entre la robe et la couleur des yeux, demandée dans les
standards, est la suivante :
 Catégorie traditionnelle :
o Yeux OR à CUIVRE acceptés pour toutes les robes ;
o Yeux VERTS acceptés uniquement pour les chats à la fois tabby et
silver ainsi que chez les chats tipped (golden shaded, golden shell,
silver shaded, chinchilla) ;
o Yeux BLEUS ou IMPAIRS acceptés uniquement pour les chats blancs
ou particolores.
 Catégorie sepia :
o Yeux OR à VERT dans toutes les robes sans exception.
 Catégorie mink :
o Yeux AIGUE-MARINE dans toutes les robes sans exception.
 Catégorie point :
o Yeux BLEUS dans toutes les robes sans exception.

Nous avons besoin de votre consentement pour charger les traductions

Nous utilisons un service tiers pour traduire le contenu du site web qui peut collecter des données sur votre activité. Veuillez prendre connaissance des détails et accepter le service pour visualiser les traductions.